Partager

Jordan

« J’ai 25 ans et je suis célibataire.
Après mon baccalauréat et une formation de 8 mois à Agen, je suis devenu gardien de prison, j’avais 20 ans. On m’a affecté à un poste à la prison de Nanterre. C’est un métier lourd à porter, déshumanisant, les personnes détenues y sont sans avenir, beaucoup d’entre elles considèrent le retour à la prison comme un retour à la maison. Il n’y a pas d’écoute de la direction, et peu, voire pas de relations entre collègues. Des groupes se constituent en fonction de l’origine : guadeloupéens, gens du Nord,… on ne se mélange pas, on ne se parle pas. Le monde de la prison, c’est l’enfermement et la non communication pour les gardiens aussi. On y vit plus ou moins constamment dans la peur, on peut se trouver avec seulement un talkie-walkie face à un groupe de vingt détenus, certains présentent de graves troubles psychologiques, ceux-là devraient plutôt être soignés à l’hôpital plutôt qu’en prison. Après deux ans et demi de ce travail, j’ai fait une grave dépression. Petit à petit j’ai coupé les liens avec ma famille, mes amis, j’ai abandonné mon poste et j’ai donc été licencié. Aujourd’hui je sais que c’était une dépression, je ne le savais pas à l’époque, je m’en suis rendu compte peu à peu.

Les ennuis ont commencé : je n’avais plus de revenus, plus de contacts et une dette de loyer de plus en plus importante. Six mois plus tard, en lisant un article de Nanterre Info sur le Secours Populaire, plus précisément le témoignage d’une personne accueillie, j’ai eu envie de me tourner vers eux. J’y suis venu pour une aide alimentaire, dès mon deuxième passage j’ai pu me rendre utile : une personne a eu un malaise, et en attendant les pompiers j’ai appliqué ma formation aux premiers secours.

C’est ainsi que je suis devenu bénévole, je me suis « auto soigné » au contact des personnes du Secours Populaire, j’ai retrouvé les valeurs de partage, d’humanité et de solidarité qui étaient les valeurs de mes grands-parents originaires du département du Nord. J’ai trouvé une grande famille.

Je suis le comique du groupe et aussi le plus jeune. Je participe aux distributions alimentaires en fonction de mes disponibilités, je suis toujours disponible pour encadrer les enfants et les jeunes. J’ai participé à l’animation de l’atelier cinéma et aux sorties.
Aujourd’hui petit à petit, je reprends une activité, j’ai renoué des contacts avec mon père, mon objectif est de trouver un emploi stable. Les amis, je n’en cherche pas forcément, le plus important est de rester concentré sur ma recherche d’emploi. »

Nous suivre

#citoyensfrat